Abstract Cell Theory : incursion dans la cellule abstraite que se crée la conscience par réflexe de protection ou d'ignorance. Les écrits du groupe explorent les méandres d'un esprit torturé par cet isolement, parfois involontaire, dans sa prison imaginaire.

Cette cellule abstraite symbolise aussi la création à partir du néant, l'élément de vie qui n'existe que dans l'imaginaire et qui prendra forme de manière artificielle. Elle illustre la démarche musicale du groupe en quête d'un style nouveau, qui relève d’une alchimie très personnelle d'influences éclectiques: rock, métal, death, électro, ou même funk, punk ou musique classique.

L'univers du combo parisien croise plus particulièrement ceux de Devin Townsend, Paradise Lost, Sybreed, ou Depeche Mode. Aujourd'hui, appuyé par le label Brennus, Abstract Cell Theory impose une définition moderne du métal progressif.

Durant l'été 2009, Lionel Nardari (Chant) et Yannis Auguste (Guitares) souhaitent mettre un terme à leur projet musical pour créer un métal à la fois puissant et subtil. Ils contactent Olivier Berdeil (Batterie), avec qui lequel Lionel avait joué quelques années plus tôt, et composent les premiers titres d'Abstract Cell Theory.Sans bassiste, dans un premier temps, c'est Olivier d'Ariès (T.A.N.K) qui apporte son concours aux compositions, avant l'arrivée de Jérémy Mas (Basse), qui conduira à la stabilité du quatuor.

La démo auto-produite «ACT», sortie en Avril 2010 est chaleureusement accueillie par la critique et le public. Le parcours et l'expérience personnelle confirmée des 4 musiciens ont permis au groupe de rapidement délivrer sur scène la pleine étendue de son identité musicale et de conquérir des fans toujours plus nombreux.

Le son nouveau d'Abstract Cell Theory, juste équilibre entre énergie, mélodie, atmosphère, technique et efficacité, attire l'auditeur hors des sentiers battus pour lui faire vivre une expérience unique.